Chania

Tunisie: Un ressortissant ivoirien perd la vie

25-12-2018

Un subsaharien de nationalité ivoirienne perd la vie en Tunisie suite à un acte de vandalisme causé par un autochtone. La communauté subsaharienne en colère montre son indignation devant l'ambassade de Côte d'Ivoire.

Un ressortissant de nationalité  ivoirienne a perdu la vie en Tunisie.  Il a été  mortellement  poignardé dans la nuit du 23 au lundi 24 décembre dans un quartier de la banlieue nord de Tunis, la Soukra. Plusieurs compatriotes touchés par ce cet acte ont décidé de montrer leurs ressentiments auprès de leur ambassade par une marche de protestation. L'homme était âgé de 33 ans . A-t-on appris du ministère de l'interieur via un communiqué.

Le suspect  a été identifié et arrêté par les autorités compétentes. Il est âgé d'à peine 20 ans. Ce dernier a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il a reconnu avoir poignardé mortellement Coulibaly à cause du téléphone portable. L'homme a voulu résister. Ce qui a poussé le jeune homme à agir autrement. C'est ce que relate une source policière près du dossier.

Les autorités compétentes pour apporter davantage d'explications, soutenir la famille, amis et connaissances face à ce drame ont tenu à échanger avec les proches de la victimes. Monsieur  Mohammed Fadhel Mahfoudh, ministre chargé des droits de l'homme a ainsi reçu les proches de la victime lundi. Ensemble, ils ont échangé sur ce la mort de Falikou Coulibaly, à  rassurer les proches de la victime de l'arrestation du suspect. Le jeune devra repondre de son acte devant la loi.

Par ailleurs, la victime était  président de l'Association des ivoiriens de Tunisie. Il avait deux enfants dont un de 6 ans et 8 ans dans son pays la Côte d'Ivoire. Selon des sources amicales, ce dernier comptait rentrer dans les plus brefs delais voir sa petite famille rester au pays. Il était reconnu pour son sens de responsabilité auprès de sa communauté. Car ce n'est pas donné à tout le monde de prendre une telle responsabilité. Etre président d'une Association demande beaucoup de travail et de sagesse. Il a succobé de ses blessures dans un hôpital, La Marsa, situé dans le quartier nord de Tunis. 

La communauté subsaharienne en l'occurrence ivoirienne a donc  décidé d'entreprendre une marche  à l'Ambassade. Plus d'une vigntaine de personnes y étaient pour soutenir leur compatriote. D'après certaines sources intermédiaires les subasahariens de Tunis sont le plus souvent victimes d'un ensembke d'actes qui laissent à désirer. Cet incident parmi tant d'autres est donc le moyen pour ces derniers d'attirer l'attention des plus hautes institutions afin que des solutions idouanes soient prises en ce sens.

 

 

Romuald

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire