Chania

Mali: Sanctions de trois individus Maliens par l'ONU

24-12-2018

L'Organisation des Nations-Unies sanctionne trois individus pour non respect de l'accord de paix signé en 2015. En effet, les mesures prises par le Conseil de sécurité sont les résultantes d'un rapport datant d'août 2018.  Ils bloqueraient l'avancement et la mise en application de cet accord par leurs gestes et faits selon les experts de l'ONU.

Le Conseil de sécurité a longtemps sonné l'alarme à l'endroit des signataires de l'accord de paix de 2015. Au regard des sanctions prises par ce dernier jeudi 20 décembre unanimement, il en ressort que les membres sanctionnés n'ont pas pris en considération les interpellations de l'Organisation des Nations Unies(ONU). Les trois protagonistes maliens sont donc accusés de leur non volonté de voir les choses avancer dans le nord du pays. D'où cette sanction votée à l'unanimité par le conseil de sécurité.

"Le Conseil s’était doté en 2017 d’un régime général de sanctions ouvrant la voie à des désignations. Les diplomates avaient alors fait valoir leur « impatience » face aux retards pris dans l’application de l’accord de paix signé en 2015, pour mettre fin au conflit dans le nord du Mali, et jamais appliqué depuis. Ils avaient brandi le spectre de sanctions pour les trois parties signataires : la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), la Plateforme (groupes armés progouvernementaux) et l’Etat malien", affirme notre confrère Le Monde dans sa récente parution.

Toujours dans la même perspective, la même source affirme que " Paris a finalement choisi une approche « progressive » et « équilibrée » selon un diplomate, en décidant de sanctionner d’une simple interdiction de voyager des membres de groupes armés qualifiés « de responsables intermédiaires ». Une méthode qui doit ménager les principaux acteurs « pour ne pas fragiliser l’accord de paix », tout en envoyant le message que les sanctions « ne sont pas que des menaces ».

Les individus concernés par les sanctions avaient été identifiés en août 2018 par les experts du comité de l'Organisation des Nations-Unies(ONU). Les résultats donnés par les experts incriminaient explicitement les trois individus maliens. Pour eux, ces derniers seraient à l'origine du constat précité. C'est-à-dire, que ce serait ces deniers qui porteraient atteinte à l'accord signé en 2015.

Les différents individus appartiennent à des clans bien précis. Mohamed Ousmane appartient à  la Coalition pour le peuple de l'Azawad, Lequel est suspecté d'avoir des liens avec le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans dans la zone de Gao et  Tombouctou. D'après cette source digne de foi, ledit  groupe aurait  mené des attaques meurtrières contre des camps militaires des forces de sécurité maliennes.

Aussi, pour toujours aller dans le même sens elle affirme que Ahmoudou AG Asriw, membre du Gatia, un groupe progouvernemental à lui aussi été concerné par les décisions du Conseil de sécurité. Il est accusé par les experts de s'être engagé depuis 2016 pour assurer la sécurité de convois transportant de la résine de cannabis. Ce qui lui permettrait en effet de pouvoir financer plusieurs attaques contre les forces du pays.

Les trois individus ont donc été sanctionnés par l'Organisation des Nations-Unies(ONU) , via le Conseil de sécurité pour les raisons évoquées. Mais lesquelles sanctions suffisent-elles pour endiguer ce phénomène qui depuis jadis ne cesse d'accroître? L'avenir nous en dira davantage.

Romuald

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire