Chania

RDC/Election Présidentielle: Martin Fayulu peine à faire campagne

22-12-2018

L'élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) est pour quelques jours. Martin Fayulu, le choix de la coalition de l'opposition congolaise est plus que jamais déterminé à aller jusqu'au bout. Des péripéties se dressent sur son chemin.

Un mercredi tumultueux au regard de ce qui s'y passe. Il est en effet 4 heures de l'après-midi  quand la tension monte entre les jeunes de la commune de Nsele et les forces de l'ordre. Nombreux citoyens ont encore en mémoire la gestion de l'ex-président Josèphe Kabila dont ils estiment être calamiteuse, et souhaitent à tout pris qu'il y ait alternance politique. Les gaz lacrymogènes et des tirs d'intimidation donnent la tendance pour dissuader les partisans venus assister Martin Fayulu. Ces derniers défendent leur candidat et souhaitent que la voie soit libérée pour permettre à leur héros de gagner sont lieu de meeting bloqué par la police. Des jets de pierre sont projectés, des panneaux publicitaires hostiles au pouvoir saccagés.

L’opposant Martin Fayulu ne peut en effet tenir son meeting. Plusieurs difficultés se présentent sur son chemin. Des tirs et des bombes lacrymogènes  retentissent. Mais ceux-ci semblent ne pas empêcher Martin et  ses sympathisants de manifester leur volonté de tenir le meeting. On voit dans cette résistance un désire commun d’aspirer au changement démocratique et au bien-être.

Le leader des jeunes Fayulu,  choisi par la coalition de l'opposition à Genève se  dit apte à aller jusqu'au bout. A ne pas céder à la panique ni à l'intimidation. Aussi, il  s’interroge sur ce constat dévalorisant. Bon nombre de questions en rapport avec le blocage de la route et l’élection  sont posées. Pour ce dernier, il est impossible de pouvoir arrêter le dynamisme impulsé, la bravoure montrée par ses partisans(e). La soif d'alternance politique. C'est en tout cas ce que nous pouvons retenir de ses propos.

Martin Fayulu pense sans doute que la campagne va se passer dans des conditions apaisées. Mais la réalité  le rattrape. Du coup, il se heurte à plusieurs péripéties ce mercredi. Chemin bloqué pour l'empêcher d'aller à la rencontre de ses concitoyens, refus d'accès au stade Tata-Raphaël où il souhaite organiser un meeting pour présenter son projet de société à ses militants et militantes, et donner les dernières consignes. Autant de difficultés parmi tant d'autres ne permettent pas  au candidat de faire campagne. Le gouverneur André Kimbuta met en évidence  le risque sécuritaire pour décreter sur l'étendu du territoire l'arrêt des meeting, des activités de campagne électorale pour les acteurs de la présidentielle.

Après tant de blocages ne permettant pas à Martin Fayulu de pouvoir tenir son meeting à Kinshasa, il sollicite l'aide des organismes internationaux. Notamment la Monusco et la mission des Nations Unies. Lesquelles débutent les discussions avec les autorités du pays.  Les choses s'améliorent permettant ainsi à Martin de regagner son domicile sous escorte.

Romuald

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire