Chania

Maroc : Le royaume est l’un des rares pays à produire le générique du sofosbuvir, depuis fin 2015

27-07-2018
Au royaume du Maroc plus de 400 000 personnes sont infectées, soit 1,2 % de la population, selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le retard pris dans le travail de diagnostic, qui est encore le point faible de la lutte contre l’hépatite C au Maroc comme ailleurs sur le continent, où l’écrasante majorité des personnes infectées ignorent qu’elles le sont. Sans traitement pris à temps, le malade risque le développement d’une cirrhose ou un cancer de foie et continu à transmettre le virus sans le savoir. Le Dr Brahni de Coalition Plus a souligné « il n’a aucune étude de séroprévalence de l’hépatite C au Maroc : on sait exactement combien, ni qui, ni où sont les populations infectées. On navigue à vue ». Le ministre de la santé publique assure toutefois qu’une étude cofinancée notamment par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est « en cours de lancement ». En fait, les chercheurs scientifiques ont gagné le pari en hissant le royaume au premier rang des producteurs des génériques du sofosbuvir. Une vraie révolution thérapeutique puisque dans un pays où le générique marocain du «sofosbuvir » est mis sur le marché à environ 12.000.00 DH la cure depuis 2015 contre plus de 44.000.00 DH en France. Ors ; les bénéficiaires du Régime d’assistance médicale (Ramed) pour les plus démunis, qui concerne 35 % des Marocains, le médicament n’est pas remboursé.

Moulay Zaid ZIZI

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire