Chania

Afrique du Sud: La nouvelle procureure générale entend éradiquer la corruption

13-12-2018

La nouvelle procureure générale de l'Afrique du Sud, Shamila Batohi entend éradiquer la Corruption. Elle a accédé à cette fonction le 4 décembre dernier.

A peine nommée à la tête de cette Institution importante du pays le 4 décembre dernier, la nouvelle procureure de la République Sud-africaine Shamila Batohi monte au créneau. Le département dont elle à désormais la charge semble être à bout de souffle. Elle souhaite ainsi au travers de cette première impression poser les jalons dignes et louables. Elle entend ainsi commencer par ce volet qu'est la corruption.

La procureure de la République souhaiterait arrêter les flammes dechaînées dans la maison. Depuis la fin de l'apartheid dans les 90, 94, la plupart des personnes conduites à cette fonction n'auraient pas pu assurer dignement leur rôle. Elles se seraient heurtées le plus souvent à une muraille de fer qu'est la corruption. Cette dernière aurait pris le dessus sur cette Institution. C'est ce que nous avons pu relever lors de la récente parution de notre confrère  Le Monde dans sa rubrique Afrique.

Le nouveau président Cyril Ramaphosa est allé dans le même sens que la procureure. Au vu des ses propos, la complexité et les clivages retrouvés au sein de  l'Institution doivent prendre fin. Car, ceux-ci portent atteinte au bon fonctionnement dudit département. Il montre ainsi à travers son intervention devant la presse nationale et internationale,  sa volonté de vouloir améliorer de manière significative ce département important. Ramaphosa souhaite de ce fait  que ce dernier soit au dessus des Hommes. "Notre pays à besoin d'un parquet général au-dessus de tout soupçon".dit-il, selon notre confrère.

Mais pourquoi  Shamila Batohi à la tête de cette Institution? Déjà,  il convient de souligner que le choix de cette dernière a fait l'objet d'une audition par des experts chargés d'auditionner plusieurs postulants. Aussi, la société civile a donné son appréciation à son  égard. La même source nous apprend que dans les années antérieures, la loi donnait la primeur au chef de l'Etat de choisir lui-même le procureur général. Monsieur Ramaphosa dans un soucis de transparence à voulu ainsi laisser le libre arbitre aux différentes forces vives de la nation.

Au-delà de ce choix approuvé par l'ensemble des experts lors de l' audition et le peuple, il faut dire que la nouvelle procureure de la République Sud-africaine est une muraille. Elle a posé des actes forts au cours de sa carrière administrative, aussi bien au sein du pays qu'à l'international. Elle a longtemps lutter contre l'injustice. Elle a trainé plusieurs individus puissants devant les juridictions compétentes pour obtenir justice lors des différends.  Rappelons également que la nouvelle procureure de la République a occupé plusieurs fonctions. De 2000 à 2009, elle a dirigé le parquet provincial. Ensuite, elle a travaillé auprès de la Cour pénale internationale (CPI).

Certes, c'est un choix prometteur pour la prospérité de ce ministère d'utilité public. Reste à savoir si elle ira jusqu'au bout, compte tenu de la complexité qui s'y trouve.

 

 

Romuald

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire