Chania

Marrakech : Les femmes africaines se distinguent

03-10-2018
Le deuxième forum Women in Africa (WIA) qui s’est tenu 27 et 28 Septembre à Marrakech a fait distinguer une crème des femmes africaines cheffes d’entreprises qui ont besoin d’un peu de lumière pour aller eau devant des bosses dans le monde des affaires. Le jury a élu d’une façon symbolique 54 femmes sur 1200 qui prouvent que le développement du continent africain ne peut pas s’améliorer ni émerger que par la participation de la femme africaine dans le respect de l’approche du genre. Malheureusement, le chiffre est alarmant puisque l’entreprise féminine est privée de 50% de cerveaux. Le serial entrepreneuse sélectionné aura du pian sur la planche, les élues seront contraintes à assurer la locomotive d’un réseau pour aider, sensibiliser et créer des passerelles communicatives pour développer les affaires féminines et avancer la main dans la main et ne plus se sentir seule dans son coin. Les 54 élues ont montré combien l’Afrique est imaginative Les besoins sont immenses sur un continent où « les femmes représentent la moitié de la population, produisent 62 % des biens économiques, mais ne sont que 8,5 % à être salariées », pointe cette même étude, publiée à l’occasion du sommet Women in Africa (WIA). Une discrimination qui coûte cher puisque, à l’heure actuelle, ces inégalités entre hommes et femmes amputeraient l’Afrique de 95 milliards de dollars (81 milliards d’euros) par an, soit 6 % de son PIB. Pour contourner les barrières, ces jeunes créent donc leur petite affaire. Quand en Europe seules 6 % des femmes actives sont à la tête d’une société, elles sont 24 % en Afrique. Ce qui en fait « le premier continent de l’entrepreneuriat féminin », selon l’étude du cabinet Roland Berger. De plus en plus, ces activités de l’économie informelle remontent en surface pour devenir officielles. A.D

Moulay Zaid ZIZI

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire