Chania

Tunisie : Le divorce inopiné

26-09-2018
Le fait que le parti Islamiste première formation politique à l’assemblée en Tunisie soutient le Premier Ministre Youssef Chahine lâché par Nidaa Tunes. Crise politique oblige a accéléré le divorce entre les deux partis qui formait la coalition nationale. Trois ans d’alliance entre le parti du Mouvement Nidaa Tunes et les Islamistes modérés d’Ennahda, présidé par le vétéran El Ghannouchi Rached n ont pas abouti à une cohérence. Le président Béji Caid Essebsi a annoncé la fin de la coalition nationale, rompant les rangs avec les islamistes, il répétait « la patrie avant les partis », « Nous composons avec Ennahda depuis 5 ans, mais nous ne le faisons plus, étant donné que ce parti ne souhaite plus composé avec nous » a –t-il affirmé lundi soir à la télévision. Le président a fait le tour des sujets politiques qui ont secoué le pays lors d’un exposé en direct qui a duré d’au moins plus d’une heure. Il a confirmé la fin du consensus avec le parti Ennahda. Béji Caid Essebsi a confirmé ainsi que les élections législatives et Présidentielles se tiendraient comme prévu à la fin de l’année prochaine. Le divorce inattendu, cachait d’autres surprises qui peuvent conduire à une fracture politique. L’héritier du père de la nation de la Tunisie veut incarner la singularité de la trajectoire tunisienne moderniste au sein du monde arabo-musulman. Le fait d’accepter la coalition avec les islamistes modérés a désamorcé les violences qui ont secoué la Tunisie d’après Ben Ali dans les années 2012-2013. La complicité entre les deux Chekhs comme les appellent les tunisiens a effectivement sauvé le pays du k.o My Zaid ZIZI

Moulay Zaid ZIZI

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire