Chania

Le président du conseil préfectoral de Guelmim empêché de quitter le territoire

02-10-2020

Le président du conseil provincial de Guelmim a été empêché de quitter le territoire national après avoir présenté un passeport français au lieu du document marocain qui lui a été retiré. L’élu qui est soupçonné de malversations financières est auditionné par la BNPJ de Marrakech.

Les services de sécurité de l’aéroport d’Agadir Al Massira ont interdit au président du conseil provincial de Guelmim de quitter le territoire national. L’élu, qui est soupçonné de malversations financières, avait présenté aux services de la police un passeport français à la place du passeport marocain qui lui a été retiré par décision judiciaire.

Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du vendredi 2 octobre, que l’homme fait l’objet d’une enquête judiciaire suite à une plainte déposée par une association de protection des biens publics. Une plainte confirmée par des rapports de la cour des comptes, de l’inspection générale des finances et de l’administration territoriale. Le président du conseil provincial a tenté de quitter le Maroc alors que la BNPJ était en train de l’auditionner sur cinq dossiers brûlants qui lui ont été soumis par la cour des comptes.

Des affaires dans lesquelles seraient aussi impliqués des présidents de conseil élus ainsi que des entrepreneurs soupçonnés d’avoir trempé dans des marchés publics douteux. Le parquet avait décidé de fermer les frontières devant le président précité et de lui retirer son passeport après que la BNPJ l’a longuement interrogé. Selon des sources proches de ce dossier, les enquêteurs avaient mis la main sur des documents mettant en cause le président du conseil provincial, certains membres de ce conseil, des fonctionnaires ainsi que des entrepreneurs impliqués dans des fraudes ayant un caractère criminel.

Le quotidien Assabah rapporte que la BNPJ de Marrakech, qui a diligenté cette enquête, a constaté des dysfonctionnements et des violations de la loi dans la gestion du conseil provincial. Il s’agit notamment de marchés qui n’ont pas respecté les règlements en vigueur et qui furent accordés à des sociétés dont les projets ne relèvent pas de leurs activités. L’enquête a montré, par ailleurs, que d’autres marchés ont été accordés à des proches et que les budgets réservés aux travailleurs journaliers ont été émaillés par de multiples fraudes.
Pis encore, les éléments de la BNPJ ont découvert de graves violations dans l’aide fournie aux familles démunies depuis le début de la pandémie de coronavirus. Après avoir décortiqué les dossiers litigieux, le procureur général du roi près de la cour des comptes les a soumis au président du ministère public pour prendre les décisions appropriées

said Friks

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire