Chania

Arrestation à Casablanca d’un Substitut, des policiers et hommes d’affaire dans le scandale de la corruption et l’incitation à la prostitution

30-08-2020

Selon des sources bien informées, le parquet compétent est entré dans l’instruction de l'affaire de corruption et incitation des personnes à des fins de prostitution, le meneur de la bande n’est le sous-procureur du roi auprès du Tribunal de 1ère Instance Ain Sebaa, Casablanca, avec un groupe de ses complices parmi , des homme d’affaires, les sécuritaires et d'autres accusés, pour des accusations liées à la formation d'un gang criminel.

 

 Le parquet a appelé à une enquête pour révéler toute la vérité sur l'affaire dans laquelle des personnes et des fonctionnaires étaient impliqués, dont les noms étaient précédemment mentionnés dans les dossiers poursuivis par des courtiers, et certains des accusés mis sur écoute depuis la Brigade nationale de la police judiciaire.

La même source ajoute que l'affaire a explosé principalement après qu'une femme résidante à l'étranger, a déposé une plainte concernant un différend avec un groupe de personnes impliquées dans la cour d'injonction d'Ain Sebaa, ayant des contacts et complicité avec des sécuritaire, et le sous-procureur détenu, qui ; avait ordonné aux agents de sécurité qui étaient impliqués avec lui dans l'affaire de transférer des dossiers dans l'intérêt de son courtage, afin de pouvoir faire des faveurs judicaires à la partie qui offre le pot-de-vin. Les mêmes sources ont révélé que le substitut était sous surveillance et ses appels téléphoniques qu'il passait étaient mis sur écoute et enregistrés. En particulier ceux qui ont eu lieu entre lui et les agents de sécurité. Leur implication dans la manipulation a été révélée dans les dossiers officiels de la police, après que l’officier judiciaire ait substitut au tribunal de première instance de Mohammedia.

Et d'ajouter les mêmes sources, qu'un membre de la famille de l'un des détenus a déposé une plainte, accusant le procureur adjoint d'avoir exigé qu'il fournisse un pot-de-vin en échange de la libération de son parent détenu.

 

Les écoutes téléphoniques ont également confirmé qu'il y avait des fraudes dans les dossiers qu'ils surveillaient et qu'il y avait des négociations avec les courtiers sur les sommes d'argent à fournir pour obtenir la libération ou le non-suivi.

 

Et que les appels téléphoniques que le fonctionnaire de justice avait l'habitude de passer avec les agents de sécurité et certains courtiers, il a été mentionné que » le justiciable n'avait pas l'argent qu'il avait demandé pour reporter la libération d'un proche, pour recevoir un appel sur la nécessité de rencontrer le fonctionnaire de justice qui avait eu des relations sexuelles avec elle ».

 

Ceci dit, un certain nombre de têtes continuent de tomber, respectivement, à la suite du scandale de corruption et de falsification des dossiers de citoyens innocents et détenus.

 

 

Moulay Zaid ZIZI

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire