Chania

Sensibilisation sur la lutte contre la traite des êtres humains

19-04-2019

« La sensibilisation sur la lutte contre la traite des êtres humains » est le thème d’une journée d’étude qui a été organisée par Le Conseil de l’Europe en partenariat avec l’Association américaine des juges et avocats, (American Bar Association Rule of Law Initiative, ABA ROLI) la Faculté polydisciplinaire de Beni Mellal et La Commission régionale des droits de l’Homme Beni Mellal Khouribga, à la FP,  à Beni Mellal, Mercredi 17 Avril 2019.

Cette rencontre s’assigne pour objectif de sensibiliser les étudiants, les professeurs et les professionnels sur ce problème inextricable notamment à travers la présentation du nouveau cadre législatif, les instruments internationaux et l’implication des différents acteurs concernés.

Après l’allocution d’ouverture du Pr. Benachir El Hadadi, Doyen de la FP, qui a souhaité la bienvenue à tous les participants à cette journée d’étude, les interventions qui se sont succédé ont porté sur une panoplie de thématiques ayant pour objectifs de jeter des lumières sur la traite des êtres humains, ce calvaire qui se pose , de nos jours, avec une acuité désespérante.

Lors de son allocution, M Allal El Bassraoui, président de la Commission  régionale des droits de l’Homme, Beni Mellal Khouribga  a mis en exergue la complexité de ce genre de crime qui fait tâche d’huile dans le monde en faisant un grand nombre de victimes parmi les enfants, les femmes et les hommes et d’ajouter que « l’adoption de la loi 27-14 par le Maroc est une apothéose et un pas en avant dans la lutte contre la traite des êtres humains. Cette dernière est l’un des plus dangereux crimes après le trafic d’armes et celui des stupéfiants. Malheureusement, le nombre des victimes ne cesse d’augmenter malgré les efforts conjugués par la communauté internationale…. »

Selon un article de Lina Kortobi, publié à Libération, « Femmes et filles à plus de 70%, victimes de la traite des êtres humains. Le phénomène regroupe plusieurs types de réseaux criminels dont les plus courants sont la prostitution, le travail et la mendicité forcés, ou le trafic d’organes. Des textes comme la Convention contre la criminalité transnationale organisée (convention de Palerme), adoptée par les Nations unies en 2000, tentent de combattre ce «marché» humain qui générerait plus de 32 milliards de chiffre d’affaires annuel, ramenant la traite des êtres humains à la troisième forme de trafic la plus lucrative dans le monde – après le trafic de drogues et la contrefaçon…  (…) Le phénomène regroupe plusieurs types de réseaux criminels dont les plus courants sont la prostitution, le travail et la mendicité forcés, ou le trafic d’organes. » Le phénomène regroupe plusieurs types de réseaux criminels dont les plus courants sont la prostitution, le travail et la mendicité forcés, ou le trafic d’organes. Des textes comme la Convention contre la criminalité transnationale organisée (convention de Palerme), adoptée par les Nations unies en 2000, tentent de combattre ce «marché» humain qui générerait plus de 32 milliards de chiffre d’affaires annuel, ramenant la traite des êtres humains à la troisième forme de trafic la plus lucrative dans le monde – après le trafic de drogues et la contrefaçon… ».

L’intervention de M Youssef Felah représentant de l’Association Américaine des Juges et Avocats (American Bar Association Rule of Law Initiative, ABA ROLI)  a porté sur «  le rôle des ONGs / Magistrats et Avocats pour assurer une approche protective des victimes de traite au Maroc à la lumière de la Loi et des textes internationaux ». En effet, «  la protection commence au moment où un cas présumé de traite est détecté; elle a pour objectif de favoriser le respect des droits de la victime qui ont été bafoués. La diversité des manifestations de la traite au Maroc, ainsi que la variété des profils des victimes requièrent la mise en place de mesures différentes selon les cas, toute intervention devant être fondée sur une approche fondée sur les droits de la personne. Dans le cas des enfants, le principe de respect de l’intérêt supérieur de l’enfant doit guider l’intervention, de même que la garantie de la confidentialité et celle de sa sécurité physique. Comme le prévoit le Protocole de Palerme, les Etats doivent mettre en œuvre des mesures afin d’assurer le rétablissement physique, psychologique et social de la victime. A cette fin, la collaboration avec d’autres institutions concernées, telles que les organisations de la société civile est recommandée (Protocole de Palerme, 2000). L’assistance fournie aux victimes doit être ancrée dans une prise en charge interinstitutionnelle et multisectorielle, par des actions de partenariat et de coordination » (Source :ONU FEMMES ).

D’autres interventions ont mis l’accent sur « la loi 27.14 sur la lutte contre la traite des êtres humains », « Pourquoi la sensibilisation est nécessaire en matière de lutte contre la traite des êtres humains. ». La sensibilisation en matière de lutte contre l’esclavage moderne pourrait réduire le nombre des victimes qui refusent de se manifester  parce qu’elles ont peur pour leur vie ou leurs familles ou qu’elles ignorent qu’elles sont des victimes …Qui plus est, la sensibilisation est l’une des solutions proactives qui réalisera les objectifs escomptés.

Cette journée d’étude  a porté sur deux grandes séances : la lutte contre la traite des êtres humains : états des lieux et standards internationaux et enfin l’identification et l’assistance des victimes : rôle des différents acteurs. Et les thématiques qui ont été présentées lors de la deuxième séance ont mis l’accent sur le rôle du parquet général dans la lutte contre la traite des êtres humains, la traite des êtres humains et le trafic des migrants : deux crimes complexes (par Pr Kamal Essili) et le rôle des avocats dans la protection de la traite des êtres humains.

Lors du débat, les intervenants ont mis surtout  en exergue la complexité de la définition de la traite des êtres humains qui diffère d’un pays à l’autre. En outre, l’accent a été mis sur la protection des victimes, le rôle des magistrats et des avocats  pour assurer une approche protective et proactive des victimes de cette traite abominable au Maroc…

SAID FRIX

said Friks

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire