Chania

Quelle santé pour le Maroc de demain ?

04-12-2018

La santé est l’un des éléments-phares de la dynamique de toutes les politiques du Monde. Durant cette dernière décennie, l’ONU en collaboration avec ses diverses instances préparaient des stratégies et politiques de réhabilitation du champ sanitaire à travers le monde entier. En effet, le degré de la réussite des stratégies onusiennes en matière de santé diffère d’un pays à un autre. Pour ce fait, l’ONU à travers l’OMS et la FAO veille sur la qualité de la santé à travers le monde. Pourtant, la réalité est arbitraire et ne permet pas de tout réaliser. A travers cet article qui traite de la question sanitaire, nous n’allons pas séjourner pour longtemps sur le territoire onusien, mais nous tenterons de présenter un constat sur la santé au Maroc. Alors quelle réalité sanitaire règne au Maroc ? Pourrions-nous dire que l’espace sanitaire est en « bonne santé » ? Quel résultat voudrions-nous avoir pour la santé de la santé ?

Le développement de toute politique nationale passe par la santé. Le Maroc qui a évolué ces dernières années du stade d’un passif consommateur à un producteur des outils et matériels de médecine œuvre pour que tous les citoyens trouvent place dans le service sanitaire. Aujourd’hui, une bonne partie d’entre eux bénéficie des séances de thérapie dans diverses spécialités médicales. Beaucoup d’entre eux sont inscrits dans les régimes d’appui et de soutien socio-médicaux. Le Ministère de la Santé travaille en collaboration avec les services publics et les ONG en vue de généraliser l’accès aux soins et à la santé pour tous et toutes .En effet, la politique sanitaire ne se limite pas à la délivrance d’une carte de couverture médicale telles que : CNOPS ;RAMED ou autres, mais elle appelle à la révision de tout un arsenal sanitaire qui devrait être accompagné d’un programme de sensibilisation et d’éducation sanitaire avec des cours spécifiques qui doivent être profondément et correctement délivrés durant les études fondamentales des élèves de toutes les disciplines. Car l’anatomie humaine est d’abord une éducation humaine qui sensibilise les personnes sur leur corps, sa structure, ses systèmes et son fonctionnement. Loin de toute distinction, car le corps est humain et n’admet aucune spécialisation. Il ne suffit pas en effet de soigner les malades, mais aussi les sensibiliser pour évincer les risques.

L’objectif est de favoriser une culture sanitaire avancée de la population marocaine à travers des programmes de définition, de sensibilisation et autres. Dans cette même lignée, des programmes de santé de beaucoup d’autres pays ont été bien étudiés et ils ont permis d’instaurer une politique sanitaire réussie. Aussi, faudra-t-il donner un intérêt particulier aux catégories sociales les plus vulnérables afin d’évincer les pièges d’un élitisme sanitaire ravageur qui mènerait plus que la moitié de la population aux diverses pistes du danger sanitaire. D’où l’utilité d’investir dans la santé des personnes nécessiteuses, des gens issus des milieux enclavés et de toutes les couches qui ont du mal à accéder facilement aux soins et services de santé publique. L’idée est de permettre à tous les citoyens de bénéficier de leurs droits de libre accès aux services de santé en toute dignité, et ceci en respectant les hautes directives de la Nouvelle Constitution du Royaume du Maroc de 2011 qui prône le droit de tout citoyen d’accéder à la santé : un droit humain, universel, international et surtout marocain.

Ainsi, et en vue de consolider l’arsenal sanitaire du Maroc, l’Etat dispose d’une panoplie de programmes et stratégies qui visent à améliorer la santé au Maroc. De la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) à l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) en passant par la Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale(CNOPS).  L’Etat marocain a élaboré des politiques d’assurance et de sécurité médicales en vue de diminuer et d’alléger les coûts des diverses procédures de guérison et soins. Néanmoins, beaucoup d’efforts restent à déployer en matière de proximité des services sanitaires, de la qualité des matériels médicaux, de l’hygiène sanitaire et dans l’urgence d’intervention médicale. Sous l’égide de l’OMS, le Maroc trace des voies de réalisation des OMD en matière de santé. Il vise à hisser le niveau sanitaire du pays en améliorant le tissu et les services sanitaires. Ainsi, la question de savoir les politiques marocaines en matière de santé relève non pas seulement d’un unique service gouvernemental, mais d’une collaboration et d’une coopération entre plusieurs secteurs en vue de hisser le niveau de la santé publique du Maroc au rang des pays développés en la matière. Pour ce fait, et suite aux Hautes Instructions Royales du Roi Mohamed VI, le Ministère de la Santé se penche d’abord sur la construction de nouveaux CHU , de nouveaux hôpitaux régionaux dans les grandes agglomérations du Maroc en vue de réaliser une régionalisation réussie des services sanitaires.

Il trace aussi parmi ses objectifs : la réussite d’une répartition équilibrée de l’effectif médical à travers les régions et la généralisation de la couverture médicale pour tous. Nonobstant, les programmes demandent des départs de bonne qualité, un suivi et un respect des délais et des spécificités de chaque région du Royaume. A noter aussi que la réussite de la politique de santé au Maroc nécessite non pas seulement le travail des personnes du secteur médical, mais (comme cela a été déjà cité avant) la mobilisation massive de toutes les catégories et de tous les secteurs confondus. L’Etat doit d’abord détecter les besoins de la population, les maladies les plus répandues et les facteurs clés qui engendrent les épidémies. C’est par le décryptage, les recherches et les sondages empiriques que le secteur concerné pourrait cerner les déficits, les besoins et les attentes de la population. Ceci est le moyen optimal pour tracer le chemin vers une politique sanitaire réaliste, faisable et abordable. Car la santé est-au final-le droit de tous et de toutes. Alors, œuvrons ensemble : Etat, Entreprise, ONG et citoyens pour la santé de notre santé, œuvrons pour la lutte contre la dégringolade sanitaire et œuvrons encore pour le développement durable de la santé humaine. Car un pays est fort d’abord par sa richesse humaine, ses ressources citoyennes et son environnement sanitaire. Donc, travaillons tous pour préserver le patrimoine sanitaire du Maroc en vue de le hisser au rang des pays développés en matière de santé et du développement. Texte produit par : Asmaa ATTARCA

Romuald

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire