Chania

Kenya: Plusieurs morts lors d'une attaque des somaliens shebab

16-01-2019

Une attaque des somaliens shabab à Nairobi au Kenya fait plusiurs morts.

C'est ce mercredi que les forces de sécurité Kényanes ont mis fin à l'attaque des islamistes somaliens shebab. Lesquels ont attaqué un complexe hôtelier de Nairobii, D'après des sources intermédiaires, les autorités compétentes se sont exprimées sur le sujet. Cas du chef de l'exécutif Kenyan sieur Uhuru Kenyatta  qui a fait état d'un bilan provisoire de 14 décès survenus lors de l'attaque de ces islamistes somaliens.

Après des heures de confrontation, tout est entré dans l'ordre. "Je peux vous confirmer que l’opération de sécurité au complexe du sit s’est achevée il y a environ une heure et que tous les terroristes ont été éliminés ", a souligné  le président de la République lors d’une conférence de presse organisée à  cet effet.Toutefois,  le nombre de personnes ayant commis l’attaque n'a été donnée clairement par ce dernier.

Quatre hommes armés d'armes automatiques ont été filmés par les caméras de surveillance. Ils pocédaient des armes automatqiues ainsi que des grénades. D'après des sources intermédiaires, à travers les cameras de surveillance, on pouvait apercevoir les hommes concernés s'avancer vers le complexe où l'attaque a eu lieu. Un jihadiste se serait fait exploser au début de l'attaque d'après lesdites sources.

Par contre une source policiaire pour étayer davantage la lenterne du plus grand nombre s'est exprimée dessus. Selon cette dernière, deux jihadistes se seraient fait tuer par les forces de sécurité. " Ils portaient tous les deux des foulards rouges sur le front", a-t-elle dit avant d'ajouter l'aspect des cagoules et la qualité des armes qu'ils avaient: un AK-47.

Rappelons que ce n'est pas la première fois que le Kenyan subit une attaque similaire. L'histoire enseigne qu' en 2013 une attaque avait été faite contre le centre commercial Westgate. Laquelle avait causé plusieurs dommages collatéraux et humains. Plus de 50 personnes avaient perdu la vie. Plusieurs interrogations avaient été émises de la part des populations. Lesquelles avaient porté des critiques sévères à l'endroit des forces de sécurité, dénonçant au passage leur incapacité à pouvoir agir et à assuer la sécurité des concitoyens.

 Le président  Kenyatta a ainsi félicié les forces de sécurité pour le travail accompli. Le nombre de décès a été amoindri à cause de leur intervention rapide et leurs compétences. "plus de 700 civils ont été évacués du complexe depuis le début de l’attaque jusqu’aux petites heures du matin " , a-t-il fait savoir à l'opinion national et international.

Parmi les décès enregistrés, plusieurs ressortissants y figurent. L'on dénombre onze Kényans, un Britanque, un Américain et deux personnes dont l'identité n'a pas pu être étayée immédiatement. Certains parents des victimes n'ont pas été autorisés à voir les corps. Selon un témoignage d'un proche de victime de l'attaque, il n'aurait pas trouvé le corps de sa soeur à l'hôpital.  Ce dernier dit n'avoir aucun doute que le corps de cette dernière ne puisse pas être là.

L'attentat a été condamnée par les instances internationales. Cas de l'Organisation des Nations-Unies (ONU)  via son sécrétaire général Guterres qui a dénoncé avec la dernière énergie l'attaque des Shabab somaliens. Le président de la Commission de l'Union africaine (UA) est également allé dans le même sens, montrant l'aspect paradoxal d'un tel fait tout en la qualifiant de lâche.

 Des mésures ont été prises par les autorités compétentes. Le directeur du contre-terrorisme Abas Byakagaba a ordonné aux forces de sécurité d’être en état d'urgence  afin sécuriser le pays et prendre les décisions qui s'imposent. 

 

Romuald

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire