Chania

Gabon: Coup d'Etat manqué

08-01-2019

 Des militaires font irruption dans un média national pour demander l' insurrection. Ils estiment qu'il est temps de sortir le Gabon de la "caverne". Ali Bongo en convalescence au Maroc devrait partir selon eux.

C'est très tôt le matin que le Gabon s'est levé le coeur en alerte. En effet, des militaires ont pris d'assaut un média d'utilité public pour traduire leur mécontentement et donner les directives à suivre au peuple gabonais. Lesquels ont demandé un soulèvement populaire. Des tirs  ont été entendus entre le boulevard de l'Assemblée nationale et la radio nationale où s'y trouvaient les militaires.

Le lieutenant Kelly Obiang, chef de fil de ce mouvement contestataire militaire extraordinaire  s'est largement expliqué sur les raisons de cet acte posé. selon se dernier, un conseil national de restauration devarit être  créé en vue de voir comment assurer la continuité de l'Etat. Il estime qu'Ali Bongo ne serait plus en mesure de diriger le Gabon depuis son accident vasculaire cérébral à Riyad dernièrement.

Voir la vidéo sur le lien ci-après:

https://www.youtube.com/watch?v=KXvMwfY9nXw

Aux dernières nouvelles,  les autorités compétentes ont pris toutes les dispositions nécessaires. La situation est sous-contrôle. Les forces de l'ordre ont repris le contrôle de la radio nationale. A indiqué le ministre de la Communication  Guy Bertrand Mapangou lors de sa récente sortie par téléphone sur le France 24. Il a également ajouté que c'est un feu de paille. Que c'est un songe qui a mal tourné.  Comme pour minimiser le fait  dire que ce putch manqué n'était qu'un rêve, voire une utopie pensée par groupe, un individu. 

Les protagonistes de ce coup d'Etat manqué ont été apprehendés par les éléments du groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN). Le lieutenant Obiang  Kelly  a été arrêté dans une résidence privée de la capitale gabonaise Libreville. Deux autres membres quant à eux ont été tués. C'est en tout cas ce qu'a relayé notre confrère France 24.

Les instances internationales ont également réagi pour montrer leur ressentiment face à ce coup d'Etat entrepris par ces militaires. Elles considèrent celui-ci tel un acte anticonstitutionnel et condamnent cela avec la dernière énergie. Elles appellent au respect de l'ordre constitutionnel. L'exemple de la France et l'Union africaine (UA) illustre ce qui précède. 

Le ministre de la Communication Guy-Bertrand Mapangou a annoncé l'ouverture de la commission d'une enquête pour éclairer la lenterne du plus grand nombre et déterminer les responsabilités. Les militaires concernés devraient repondre de leur acte devant les juridictions compétentes.

Romuald

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire