Chania

Cameroun: L'arrondissemnt de Bangourain à feu et a sang

27-12-2018

L'arrondissement de Bangourain  mis à feu et à sang par une cinquantaine d' assaillants. Les populations choquées par ce fait extraordinaire n'en reviennent toujours pas.

Au Cameroun, dans l'arrondissement de Bangourain les populations  sont restées sous le choc. En effet, une cinquantaine de groupes armés ont fait irruption dans l'arrondissement de bangourain pendant la périodes de fête de Noël. Ce groupe a mis à feu et à sang tout un village de près de 40000 âmes. Les faits cités ont commencé vers 1h30 selon notre confrère Equinox télévision.

Les populations ont quitté leurs habitations dans la nuit du 22 au 23 décembre pour échapper au groupe d'assaillants. De retour après quelques jours de cavale, elles sont restées choquées  par un constat effroyable. Le village a été complètement brûlé par ce groupe d'individus. A cet effet, certaines victiment ont tenu à raconter le calvaire et les actes d'atrocités auxquels  elles ont assisté impuissamment   durant l'attque.

Imam Issa, victime et ex-Otage de Bangouarain a relaté les faits via un de nos confères. Selon ce dernier, il a attendu le bruit de fusils aux environs de 1 heures. " Je me suis levé, j'ai ouvert la porte. Il faisait trop chaud dehors. Ils sont venus casser quand j'étais déjà débout. Ils m'ont dit de donner d'abord le téléphone(...). Je voulais d'abord fuir, mais je n'ai pas pu partir parce que j'ai la femme et des enfants. Donc, je suis resté. On nous a mis déhors avant de brûler la maison". Une autre victime du nom de Amsatou Ndjiemoun Djimi est également allée dans le même sens que Imam Issa pour décrire l'horreur dont elle a fait l'objet.

Les assaillants ne se sont pas arrêtés là. Ces derniers ont également incendié plusieurs véhicules trouvées sur leur chemin. Ils ont tiré à balles réelles aussi bien sur les véhicules que dans d'autres coins de l'arrondissement. Plusieurs douilles ont été retrouvées à meme le sol. Lesquelles montrent de ce fait le caractère baroque qui a prévalu durant cette attaque.

Les individus armés seraient des présummés séparatistes anglophones. Dans leur fuite, ils sont partis avec une dizaine de personnes. Selon un témoin de la scène, ils ont pris des pères de famille, des mères de famile et des enfants(...). Ce dernier ajoute que lorsque les hommes armés sont arrivés dans la plupart des maisons, ils ont auusi pris des biens matériels et bien d'autres  avant de mettre tout à feu. Ils ont promis aux populations de Bangouarain qu'ils reviendraient. Une situation qui créee une fois de plus la psychose dans les coeurs des rescapés. Car ils n'aimeraient plus revivre de telles horreurs.

A titre de rappel, le premier bilan fait état pour ce qu'est des dommages collatéraux d'une centaine de maisons saccagées, des récoltes reduites en cendre et une dizaine de voitures carbonisées. Un décès constaté et plusieurs blessés pendant l'attaque.  Le conflit armé se déporte désormais en zone francophone. C'est la troisième attaque en quelques mois sur Bangourain, village limitrophe à la localité de Bangolane dans le nord-ouest.

Les assaillants non identifiés ont regagné le nord-ouest avec à leur trousse les forces de l'ordre. Les populations comptent davantage sur ces derniers. Ils espèrent que les autorités compétentes feront tout leur possible  pour que de tels faits cessent. Car ce n'est pas la première fois que des quartiers, des villages soient attaqués par des présumés séparatistes anglophones  ou groupes appartenant à la secte Boko haram.

Romuald

Commentaire sur l'article

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire